Comment consommer les orties ?

Utilisée depuis toujours en médecine traditionnelle, l’ortie, ses connaisseurs, tels les herboristes et les phytothérapeutes ne cessent de célébrer ses vertus. Les racines, les graines, les feuilles sont utilisées et les dernières les plus consommées. Elle est remarquable au plan nutritionnel avec les vitamines qu’elle renferme en forte teneur. Également, elle est intéressante au point de vue minéral avec la forte présence des oligo-éléments. Tout ce que l’ortie peut donner n’est que bénéfice pour l’homme.

Ortie aux mille vertus

Plus précisément, que contient l’ortie ? Des vitamines : elle en est riche. Vitamine B, Vitamine E Provitamine A, Vitamine C (six fois plus qu’une orange), des protéines complètes dans les feuilles fraîches (8 g/100 g). 18 acides aminés sont présents dans l’ortie dont 8 essentiels non synthétisés par l’homme. Des antioxydants : flavonoïdes qui renforcent le système immunitaire. Du fer en concentration deux fois plus importante que la viande de bœuf. Et du calcium, (4 fois plus que le yaourt) du manganèse, du potassium, du magnésium, du zinc, de la silice.

Extraordinaire si on sait que le corps a besoin de tous ces éléments pour sa santé. Mais l’est encore plus la faculté de cette plante de produire en même temps ce qu’il faut pour combiner les nutriments : le bore pour fixer le calcium, la vitamine C pour le fer…. L’ortie est quasiment un miracle de la nature, et il serait dommage de ne pas en profiter. Comment le préparer et le consommer ?

Cueillir, préparer et cuisiner des orties

Plante sauvage, l’ortie se trouve partout. Pour la cueillir, il faut prendre quelques précautions dont se munir de gants pour éviter les démangeaisons et autres douleurs causées par les micro aiguilles urticantes sur le dessus des feuilles. Prélevez ces dernières par en dessous. Une fois nettoyées, frottez-les les unes contre les autres pour réduire les aiguilles.

L’ortie est facile à cuisiner. Les feuilles, fraîches ou séchées sont les plus utilisées en salade avec un simple assaisonnement, en plat : omelette, dans une tarte, une tourte, un cake… et en infusion, en jus.

L’ortie se cuisine comme n’importe quel légume. Fraîche ou sèche ; elle garde les mêmes propriétés, mais la teneur en principes actifs est plus élevée quand elle a perdu l’eau qui la compose. 

Les bonnes mesures pour une cure d’ortie

La plante fraîche est assez rare dans le commerce. Pour la plante séchée, en cuisine, les recettes utilisent généralement 200 g de feuilles.

En infusion, pour les feuilles fraîches : une petite poignée, et pour les sèches : une cuillerée à soupe.

L’ortie est aussi présentée en poudre. Le dosage optimal d’ingestion est de 2 càc par jour, et pour les feuilles séchées 4 càc/jour.

Quelques idées recettes sont proposées, mais n’oubliez pas que vous pouvez préparer avec l’ortie tout ce que vous préparez avec des épinards.

5 idées de cadeaux bien pensées pour les fêtes de fin d’année
Quels sont les bienfaits du thé pour la santé ?